Viva La Vulva

Je bloque sur ce symbole.
.
Parce qu’avant je ne le voyais nulle part, même pas à l’école.
Je me souviens d’avoir ri en découvrant le sexe masculin en cours d’SVT, intriguée par son anatomie si protubérante.
.
Je ne me souviens pas qu’on m’en ai tant appris en cours sur la complexité du sexe féminin, à part pour y faire des bébés.. bien entendu.
Mais le plaisir ? Et le clitoris alors il sert à rien ? Il est dessiné où dans nos livres ? On l’oubli parce que c’est pas un outil à bébés ? Pas besoin de l’apprendre aux filles et aux garçons, puisque ça n’est pas essentiel à la perpétuation de la race humaine ?
Et puis de toute façon, on continuait de nous faire comprendre que le plaisir de l’homme était le but final. Il jouit, t’es contente, non ? Et toi ? T’as pas joui ? Oh c’est pas grave.. de toute façon il dort déjà.
S u p e r.
Je me souviens de la première fois où j’ai regardé mon sexe. C’était y’a pas si longtemps, parce que j’avais toujours eu dans mon inconscient une malaisance innée face à cette chair cachée qu’on ne me montrait nulle part.
.
Heureusement aujourd’hui le discours commence à changer. Mais il reste trop souvent confiné à une petite partie de la société. Pour beaucoup le plaisir féminin n’est qu’accessoire dans le sexe.
Dessiner des bites sur les feuilles du classeur c’était banal et rigolo. Dessiner une vulve c’était obscène et dégueulasse.
.
Je dessine des vulves parce que je voudrais qu’on arrête de la mépriser, de la transformer en tabou, de la cacher, de la salir.
.
Je la dessine pour lui donner du respect, pour que les femmes n’en ait aucune honte. Pour être respectées dans la rue, au travail, au lit, et partout.
.
Pour qu’ils voient qu’on peut-être tout aussi fières de ce qu’on a entre les jambes qu’eux.

IMG_3685

 

 

IMG_3154

Point Ephémère – Paris – 2019

0C29D2A0-7171-464E-8A78-BA45A2D87EFA.JPG

Librairie Comme un Roman – Paris, 2019

 

IMG_9216.JPG

 

 

 

 

Publicités